Publié le

visite chez aby, 5 octobre 11


5 octobre, deuxième jour à ouaga, hier il faisait chaud, mais la fraicheur de la pluie d’avant hier, s’éloigne, il est 7 heures, je me réveille en nage, malgré le ventilo à donf bloqué dans ma direction, qui brasse tout ce qu’il peut ; après trois ou dix nescafé, je bondis hors de l’auberge, traverse le quartier au son des « bonzours, comment çaaaaa va ? », ou encore « viens manzer, tu es invités » de tous les gensse qui prennent leur petit déj « bouillie » dans la rue ; étant blanc comme un linge, le burkinabé perspicace et taquin me dit aussi « bonne arrivée »; hier soir je suis passé à wemtenga, le quartier où j’étais l’an dernier, reprendre mes marques, j’y ai retrouvé tout mes potos et aby, mon amie, elle a encore révolutionner sa maison de fond en comble ; le jardin où l’on avait fait une séance de peinture est transformé en salle de bal, elle s’est mise à la salsa, sous une voute en bac acier une dalle béton , des troncs d’arbres peint et colorés de on motif fétiches , des petites mains de toutes les couleurs soutiennent le tout ; ce matin elle m’a envoyée un texto pour m’inviter à manger ce midi, je me dirige donc vers chez elle, en route pour éviter tout détour fastidieux sous ce soleil de plomb, je demande régulièrement ma route, un mec qui m’avait dirigé me rattrape en moto et me dit « monte je vais t’amener », j’accepte sans façons, il ne faut pas en faire ici ; et j’enfourche la djakarta ; en route nous faisons connaissance, il a la plupart du temps la tête retourné vers moi, mais je n’ai pas peur  » s’en fout la mort »; il est conducteur de camion et de caterpilar, efficace il me dépose devant chez aby ; je cogne au portail en fer coloré de toutes les petites mains, c’est sa fille qui m’accueille, toujours ausi belle, même plus un an aprés, toujours aussi gentille et douce, je dis bonzour à toute l’entreprise de fabrication de poupées, on m’assoit sous un ventilo en m’amenant de l’eau glacé, j’en profite pour les dessiner ; ça les fait rigoler, ils construisent des poupées, les créations d’aby, qu’elle vent ensuite au marché artisanal ; aby arrive, nous nous mettons à table, un excellent plat de viande en sauce avec des oignons des aubergines et du riz, en devisant gaiement ; après le repas, aby s’installe dans son atelier, pour peindre, elle s’est lancée dans une série de petits formats, magnifiques, des personnages plus ou moins naïfs, très colorés ; aby est une artiste, tout ce qui lui passe entre les mains se transforme, se colore, la moindre chose se magnifie ; sa vie est une création, elle est heureuse et épanouie entre ses deux filles, la vie est belle chez aby, je la quitte elle me dit, tu es ici chez toi, je suis comblé,que dire de plus

Publicités

À propos de charles

1965 né à Périgueux 1984 bac D à Bordeaux 1992 D.P.L.G. à l’école d’architecture de Paris la Villette Peintre depuis 1968 j’habite et travaille 1991 – 92 en France, à Paris 1993 – 94 en Suisse, à Lausanne et à Genève 1995 – 96 aux Etats Unis, à Los Angeles 1996 – 97 aux Royaume Unis, à Londres 1998 – 99 en France, à Bordeaux 2000 – 01 en Russie, à Moscou 2001 – 09 en France, à Marseille 2010 - 2012 au sénégal en gambie, au mali, au burkina faso et au togo 2012 - 2015. au burkina faso 2015 - 2017. au bénin Expositions (pour tous les détails voir site internet, http://uncharles.free.fr) Et l’actualité : http://www.facebook.com/uncharles porteur du projet « les pieds sur terre » pour l’association content pour rien site du voyage : http://contentpourrien.free.fr guitariste compositeur de SNOC : http://the.snoc.free.fr

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s