Publié le

depart de bordo 6 heures 10 du matin, 4.10.11


par le corail théoz, arrivée prévu 11h32, une demi heure de retard la sncf vous prie de l’excuser pour le retard et la gène occasionnée et vous souhaite néanmoins une bonne journée; j’ai malgré tout 4 heures à attendre, je me propulse vers l’avenue de la libération pour aller manger avec monia, pendant sa pause déjeuner, quiche en entre, poulet petit légumes, deux cafés, 10 e; monia est en forme comme toujours, je lis « la provence » où mes amis s’expose en photo, aires libres et mes kakémono , les dix ans de la poissonnerie, auxquels je participe avec un petit format et surtout un inédit de SNOC, cover de can’t explain des who, traduit pour l’occasion en « rien à dire » par jofo en folie aussi au chant ; monia s’en va bosser, nath me rejoins au café, nous devisons gaiement une bonne heure, la vie, les mecs, les femmes, le fric et les voyages; lorsque je reçois un message de fatou, via facebook sur mon téléphone high tech, elle me propose de venir m’installer chez elle à ouaga, magnifique ; le voyage est à peine commencé qu’il se présente sous les meilleurs hospices ; 8 euros 90 la navette pour l’aéroport de marignane depuis saint charles, avec la clim, heureusement, il fait aussi chaud à marseille qu’à bordo, je commence à cuire ; 16h45 embarquement, il n’y a presque personne à la douane, je squeeze le long zig zag destiné à juguler la queue, en passant par le passage handicapé et me présente devant la guitoune des douanes ; là je croise la vie d’un douanier marseillais « monsieur, vous n’êtes pas passé, par le chemin normal, je devrais vous faire refaire le trajet ; si tous le monde faisait comme vous, ce serait le bazar », je me retourne toujours personne dans la salle immense, « je ne sais pas pourquoi ils ont mis ça, mais moi le matin, quand j’arrive, je passe par là, comme tout le monde, il n’y a pas de raisons que vous ne fassiez pas pareil, « je souris, cela semble l’énerver encore plus et il reprend, « les barrières, si on les a mises là, c’est bien qu’il y a une raison, les barrières il faut les respecter », si il savait le cuistre que tel est mon nom, c’est à moi qu’il dit ça en insistant, je ne souris plus maintenant je me marre ; « bon faites voir vos papiers » enfin, « c’est bon, bon voyage », je lui répond aussi « bon voyage à vous » et lui dis merci dans ma barbe de me rappeler pourquoi je vais en afrique

Publicités

À propos de charles

1965 né à Périgueux 1984 bac D à Bordeaux 1992 D.P.L.G. à l’école d’architecture de Paris la Villette Peintre depuis 1968 j’habite et travaille 1991 – 92 en France, à Paris 1993 – 94 en Suisse, à Lausanne et à Genève 1995 – 96 aux Etats Unis, à Los Angeles 1996 – 97 aux Royaume Unis, à Londres 1998 – 99 en France, à Bordeaux 2000 – 01 en Russie, à Moscou 2001 – 09 en France, à Marseille 2010 - 2012 au sénégal en gambie, au mali, au burkina faso et au togo 2012 - 2015. au burkina faso 2015 - 2017. au bénin Expositions (pour tous les détails voir site internet, http://uncharles.free.fr) Et l’actualité : http://www.facebook.com/uncharles porteur du projet « les pieds sur terre » pour l’association content pour rien site du voyage : http://contentpourrien.free.fr guitariste compositeur de SNOC : http://the.snoc.free.fr

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s