Publié le

mardi 7 juin avec les enfants et les mamans



aujourd’hui un peu en avance, le centre n’est pas encore ouvert, je croise yohan devant la porte, il veut se voir dessiné, il me dit « tu veux pas dessiner ma caravane ? » ; parfait je viens de trouver la clef que je cherchais depuis le début de mon intervention, « si bien que je le veux, ele est où ta caravane », « là-bas, suis moi », nous traversons le terrain tous les deux, il n’y a pratiquement personne dehors, je lui demande si les gens sont partis, il me dit que non,ils sont là dans les caravanes ; nous nous arrêtons devant la sienne, il me la montre, je sors mon carnet ; j’entends « hep, monsieur », j’avise toute une famille à côté qui prend le frais sous la toile, je vais les voir, « qu’est ce que vous faites ? » me demande un homme entre deux âges, je sort illico mon carnet de dessin et explique la chose « si ce n’est que ça allez y » ;
je reviens devant la caravane et commence mon dessin, un mec vient me voir et regarde ce que je fais, il me parle de la communauté ; trop heureux, j’engage la conversation en lui demandant quelques précisions sur les gitans en général et la communauté locale en particulier, il me raconte un peu qui ils sont, qu’ils sont français depuis des générations, qu’il y a des gitans dans l’europe entière, d’ailleurs les gitans sont ceux plus spécifiquement installés en espagne, les roms sont de roumanie, il me demande si il y a des gitans en afrique, je lui répond ce que je sais, c’est à dire que lorsque je parle de ma résidence ici à mes amis africains ils ne comprennent pas de quoi je parle et ne connaissent pas les gitans, il me répond qu’il doit y en avoir car ils y en a partout dans le monde
yohan est parti c’est kévin qui me tient compagnie, il est taquin me pique ma palette de peinture et me tourne autour pour jouer, yohan qui repasse par là lui reprend et me la rend ; kévin est sympa mais c’est un chien fou, il n’arrête pas de me parler de me faire bouger, il vient avec un gant en latex remplie d’eau et s’amuse à me tremper le pull et le pantalon par un tout petit trou dans un doigts qui lui permet en pressant le gant de faire un petit jet d’eau trés précis, il me saoule, je lui dit, ça lui plaît encore plus, il me dit « c’est pour te rafraîchir » et en effet ça me rafraîchit, je l’en remercie, du coup ça ne le fait plus rigoler ;
j’ai fini de dessiner sa caravane, je flâne dans la rue centrale, je suis happé par lorenzo, pépé et sterlina qui me demande des les dessiner devant la leur, de caravane, nickel
ils m’amène un fauteuil un verre d’eau, filent devant leur caravane et prennent la pose, je leur dis « coul les gars, c’est pas une photo, je dois d’abord faire le décor, après seulement je vous dessinerai devant ; ils reviennent direct derrière moi pour suivre l’évolution du dessin, je me régale , « oh », « ahhh », « tu dessines bien » – « éoé ça fait 43 ans que je m’entraîne » – « tu as 43 ans ??? »- « non 46, je n’ai commencé qu’à trois ans », lorenzo surveille l’avancement du dessin pépé me tient le verre d’eau à bonne distance et sterlina est couchée sur mon dessin pour ne rien rater, topissime
au bout d’un moment leur maman arrive, elle rigole en nous voyant, parfait me dis-je, je lui demande si ça la dérange que je sois sur son emplacement elle me propose un café
une voisine arrive c’est la mère de kévin et yohan elle rigole en voyant le dessin de sa caravane et de ses enfants ;
elles s’installent à côté et commence la séance de coloration des cheveux, toute les filles de la famille y passent, j’en profite pour dessiner la scène ;
après ça la maman de yohan s’empare de ma palette et commence à peindre les petits, c’est la fête, tout le monde rigole, c’est chouette ;
il est 18 heures les papas reviennent chacun vaque à ses occupations familiales ;
je pars, un papi qui a suivit mes pérégrinations de l’oeil toute l’après-midi me dit « aller, au revoir picasso »
à demain les petits


la peinture des enfants

Publicités

À propos de charles

1965 né à Périgueux 1984 bac D à Bordeaux 1992 D.P.L.G. à l’école d’architecture de Paris la Villette Peintre depuis 1968 j’habite et travaille 1991 – 92 en France, à Paris 1993 – 94 en Suisse, à Lausanne et à Genève 1995 – 96 aux Etats Unis, à Los Angeles 1996 – 97 aux Royaume Unis, à Londres 1998 – 99 en France, à Bordeaux 2000 – 01 en Russie, à Moscou 2001 – 09 en France, à Marseille 2010 - 2012 au sénégal en gambie, au mali, au burkina faso et au togo 2012 - 2015. au burkina faso 2015 - 2017. au bénin Expositions (pour tous les détails voir site internet, http://uncharles.free.fr) Et l’actualité : http://www.facebook.com/uncharles porteur du projet « les pieds sur terre » pour l’association content pour rien site du voyage : http://contentpourrien.free.fr guitariste compositeur de SNOC : http://the.snoc.free.fr

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s