Publié le

mercredi 1 juin, quatrieme atelier a saint menet



13h50 j’arrive au centre, tout le monde est là, ça sent bon le plats réchauffés au micro-ondes ; dehors il y a un mistral d’enfer et il fait gris ; c’est trés étonnant, en général quand il y a du mistral il fait grand beau, y’a pud’saison ;
14h15, nous descendons dans la salle, dehors il n’y a personne, tout le monde est dans sa caravane; le temps de poser les pinceaux et la peinture sur la table, tout les enfants arrivés, ils piaillent devant la porte ; laurent fait son office, aujourd’hui le pass est un coeur
ethan, organza, sephora sont les premiers
tout le monde s’installe se sert, tout va bien, la séance démarre sur les chapeau de roue
ethan, organza et séphora s’installe à la table où nesrine s’est installé pour distribuer les feuilles, le petit groupe rigole et tout le monde passe pour chercher des feuilles, c’est un endroit stratégique
love expérimente pollock et la matière, elle s’enduit les mains le T-shirt de peinture, renverse son gobelet sur sa peinture, elle s’éclate ; à côté houston n’arrive pas à faire du pollock parce qu’il a une brosse, je lui donne un pinceau à poil mou, il y arrive il est ravi
éthan fait du vert en disant qu’il fait du bleu avec application et il dit à tout le monde en montrant ses dessins « éthan »
organza après les drapeaux la semaine dernière, entame une série sur les fruits, mélangés à des coeurs
jessie et starlina sont à la fenêtre, elle sont dégoûtées, elles n’ont pas un euro, discrètement je le leur donne, elle courent s’inscrire et descendent dans la salle, me regarde d’un air entendu, elles s’installent dans un coin, par terre avec tout le matériel
au bout d’une heure, les plus petits en ont marre, ils commencent à tourner à faire des bêtises, en dix minutes c’est la folie, entre l’entretien de l’atelier et les petits qui mettent la zone
je leurs dit qu’ils peuvent sortir et revenir comme ils le veulent, génial, ils sortent, au bout de dix minutes certains reviennent curieux de savoir ce qui s’est passé sans eux
la séance suit son court, la pression est retombée
love à qui j’ai conseillé de faire sa mixture par terre s’est évidemment installée au milieu du passage, tout le monde passe par là, donc la salle est maculée de traces de peinture, je l’installe ailleurs et éponge le sol love me fonce dessus elle veut laver, je lui laisse l’éponge

je suis toujours étonné et émerveillé de constater ce que cela engendre lorsqu’à la première séance je dis aux enfants « quand vous avez fini votre peinture vous venez me la montrer et je vous donne une nouvelle feuille »
de là commence le ballet permanent des enfants qui viennent me montrer leur peinture, une fois finie ; lorsque je suis occupé, ils attendent ou se font pressant si je ne les ai pas vu assez vite ; ils attendent mon avis, cela s’étend à tout les adultes qui les encadrent, ils défilent fièrement pour nous montrer leur peinture
c’est très intéressant parce que tout le monde voit et regarde chaque peinture des autres ; l’imagination s’inspire et fourmille grâce à cette petite cérémonie, qui est complétée par l’exposition permanente pendant la séance des peintures réalisées ; souvent les enfants viennent voir de plus prés, commentent, se marrent, s’inspirent
la séance a une somme de petits événements différent qui la rythme ; où que ce soit dans le monde elle se déroule de la même manière, les variantes sont très rares et sont des épiphénomènes

ça et là je nettoie les tables où les gobelets ont une fâcheuse tendance à se renverser, noyant instantanément une peinture ou deux ; love qui continue sont expérimentation artistique de la matière veut aussi laver elle me dit « non laisse je veux essuyer », je lui laisse le chiffon

jessie kenza et starlina s’amusent toujours dans leur coin, je discute avec elles, à un moment j’emploie le mot camp en parlant d’ici, elle se parlent en hongrois mais une dit « il a dit le mot interdit », je demande alors si « camp » est le mot interdit, elle me dit que oui, mais ne s’étends pas là dessus
c’est vrai que j’ai entendu les adultes parler du terrain mais pas du camp

le calme est revenu, tout les petits sont partis ou dans l’autre salle avec laurent qui distribue le goûter, les grandes sont trop occupées « on prendra le goûter plus tard, laurent »
les enfants nettoient leur matériel, ils adorent jouer aussi avec le robinet, tout cela est encadré en permanence, les petits font les fous mais ils sont mignons ; love et dawson, qui ont ruinés le mur blanc immaculé du lavabo, en y faisant l’empreinte de leur mains à la peinture noire, lavent le mur avec le même entrain ;
il est 5 heures les quelques qui restent ne sont pas du tout décidés à partir, il le faut malgré tout, ils nous aident à ranger
je photographie les peintures de la séance, jessie et kenza veulent photographier les leurs
dehors c’est un monde d’enfants, ils jouent ou viennent à notre rencontre et nous accompagnent jusqu’à la voiture
« à la semaine prochaine »


la peinture des enfants

Publicités

À propos de charles

1965 né à Périgueux 1984 bac D à Bordeaux 1992 D.P.L.G. à l’école d’architecture de Paris la Villette Peintre depuis 1968 j’habite et travaille 1991 – 92 en France, à Paris 1993 – 94 en Suisse, à Lausanne et à Genève 1995 – 96 aux Etats Unis, à Los Angeles 1996 – 97 aux Royaume Unis, à Londres 1998 – 99 en France, à Bordeaux 2000 – 01 en Russie, à Moscou 2001 – 09 en France, à Marseille 2010 - 2012 au sénégal en gambie, au mali, au burkina faso et au togo 2012 - 2015. au burkina faso 2015 - 2017. au bénin Expositions (pour tous les détails voir site internet, http://uncharles.free.fr) Et l’actualité : http://www.facebook.com/uncharles porteur du projet « les pieds sur terre » pour l’association content pour rien site du voyage : http://contentpourrien.free.fr guitariste compositeur de SNOC : http://the.snoc.free.fr

2 réponses à “mercredi 1 juin, quatrieme atelier a saint menet

  1. celant nathalie ⋅

    génial,cet instructif reportage sur ton atelier : t’as des vrais talents de journaliste, & d’animateur; surtout quelle patience à toute épreuve !
    Ta pédagogie semble être la bonne & très bien rôdée . positive attitude oblige! Quelle vitalité; tu ns amènes ds 1 mde »beau co 1 diamant brut », & çà donne envie de prolonger cet état créatif inhérent à l’enfance…
    ce fût 1 beau rai de lumière ,ce jeudi de l’Ascension, gris & humide !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s