Publié le

25 mars, nous ne sommes pas a une contradiction pres


ayant voyagé dans cinq pays d’afrique ma sensibilité environnementale européenne à parfois était atterrée par la saleté repoussante et scandaleuse de certains coins,
ayant longuement observé les choses, j’ai souvent remarqué que les gensses aprés avoir mangé une banane, une mangue des arachides, jettent tous ça par terre ; un animal, des insectes, et plus généralement le soleil feront leurs effets
mais voilà depuis l’invention du pétrole et donc entre autre du sachet, ou du gobelet de café touba en plastique, depuis plus de trente ans, la nature ne suit plus
la brousse compte depuis des forêts d’arbres à sachets plastique, les rues des villes on en plus des tas de gobelets usagés, divers morceaux de plastique qui volent
ce matin en sortant de ma chambre je sors et me mets à chercher avec difficultés une poubelle, dans un coin un vieux sac de riz, pas tout à fait plein de détritus, je m’approche et enfourne mon sachet
aussitôt c’est l’émeute, quatre personnes me tombent sur le rable en braillant, « c’est ma poubelle, va mettre ton sachet ailleurs », s’en suit alors une discussion interminable, tous le quartier s’approche je pars avec mon sachet dépité et coupable, un mec passe et me dit de le jeter par terre, il me suggère un endroit « là par exemple » un endroit au milieu du trottoir, bien en vu, il me demande « il y a quoi dedans? », un gobelet, très prisé, comme bol à tout faire, cuisine, douche, toilettes quelques journaux deux canettes, le temps que je pause mon sachet il a analysé l’intérieur, peut être un ou deux trucs intéressants
je m’éloigne là tout va bien
le camion poubelle passe tout les matins dans un tonnerre de klaxons, les gensse payent directement au camion, pour les ordures qu’ils rassemblent, donc ceux qui le font, protègent les leurs
taxé à la quantité le ramassage est une goutte d’eau dans l’océan d’ordure de dakar

Publicités

À propos de charles

1965 né à Périgueux 1984 bac D à Bordeaux 1992 D.P.L.G. à l’école d’architecture de Paris la Villette Peintre depuis 1968 j’habite et travaille 1991 – 92 en France, à Paris 1993 – 94 en Suisse, à Lausanne et à Genève 1995 – 96 aux Etats Unis, à Los Angeles 1996 – 97 aux Royaume Unis, à Londres 1998 – 99 en France, à Bordeaux 2000 – 01 en Russie, à Moscou 2001 – 09 en France, à Marseille 2010 - 2012 au sénégal en gambie, au mali, au burkina faso et au togo 2012 - 2015. au burkina faso 2015 - 2017. au bénin Expositions (pour tous les détails voir site internet, http://uncharles.free.fr) Et l’actualité : http://www.facebook.com/uncharles porteur du projet « les pieds sur terre » pour l’association content pour rien site du voyage : http://contentpourrien.free.fr guitariste compositeur de SNOC : http://the.snoc.free.fr

Une réponse à “25 mars, nous ne sommes pas a une contradiction pres

  1. coachingourmand ⋅

    Quelle santé mam diar tt de même tu imagines en occident dés que tu as un truc de travers on ouvre un parapluie énorme avec tout l’attirail médicamenteux et même avec tt cela ils arrivent a attraper des maladies nosocomiales …..

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s