Publié le

mardi 25 mai je suis optimiste de nature


au maquis du coin

nous avons un peu oublié nous autres occidentaux, spécialement français et ce depuis 1905, date de la loi sur la laïcité ;

un léger détails remarqué sur la tranche d’une pièce de cinq franc français de 1875 m’a récemment étonné, il y est écrit “dieu protège la france”, quelques années plus tard sur la même pièce les choses ont changées et en lieu et place de cette phrase pour le moins surprenante, nous trouvons notre “liberté, égalité, fraternité” ce dans quoi j’ai baigné et auquel j’adhère totalement ;

nous avons oublié le pouvoir, le poids de la chape de plomb et l’emprise que peut avoir une religion sur une société tout entière ;

une fois en place, nul besoin de s’y référer en permanence ; les non dits sont souvent plus puissants que les rappels à l’ordre permanents, qui se dilueraient alors dans la répétition ;

l’acceptation de tout fait loi, car il n’y a pas de hasard, tout est écrit ; la misère acceptée est vécue comme une fatalité ;

élevé dans une république laïque il m’est très dur de comprendre, mais il y a un aspect que personnellement je n’accepterai nul part au monde, c’est le maintient, en son nom de la femme dans un quasi esclavage, du moins une soumission totale ;

par le truchement de ses écrits, l’homme, qui n’a finalement qu’un rôle subalterne dans la vie, appui sa faiblesse sur ses textes, pour rabaisser sans cesse et avilir sa femme, femme qui en réalité lui fait peur et sans qui il n’est rien ;

parallèlement à ça et allant de paire avec la sacralisation et la peur, la théorie de « toutes des salopes sauf maman » règne en maître et à encore de beaux jours devant elle ;

nous autres occidentaux ne sommes d’ailleurs pas en reste et notre soit disant égalité des sexes n’est qu’une vaste fumisterie un miroir aux alouettes politiquement correct ; mais il est vrai que dans le moyen orient que je connais bien et dans cette afrique de l’ouest que je découvre, les faits sont plus criants, crus, franc et massif ;

le problème est plus complexe qu’il n’y paraît et comme souvent dans cette histoire l’esclave est le premier complice de son maître, tous ces hommes qui les dominent ont été élevés par des femmes, dans cet esprit la

Publicités

À propos de charles

1965 né à Périgueux 1984 bac D à Bordeaux 1992 D.P.L.G. à l’école d’architecture de Paris la Villette Peintre depuis 1968 j’habite et travaille 1991 – 92 en France, à Paris 1993 – 94 en Suisse, à Lausanne et à Genève 1995 – 96 aux Etats Unis, à Los Angeles 1996 – 97 aux Royaume Unis, à Londres 1998 – 99 en France, à Bordeaux 2000 – 01 en Russie, à Moscou 2001 – 09 en France, à Marseille 2010 - 2012 au sénégal en gambie, au mali, au burkina faso et au togo 2012 - 2015. au burkina faso 2015 - 2017. au bénin Expositions (pour tous les détails voir site internet, http://uncharles.free.fr) Et l’actualité : http://www.facebook.com/uncharles porteur du projet « les pieds sur terre » pour l’association content pour rien site du voyage : http://contentpourrien.free.fr guitariste compositeur de SNOC : http://the.snoc.free.fr

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s