Publié le

jeudi 13 mai deuxieme seance a l auberge


séance de peinture sur la terrasse au gîte de la femme dogon

comme souvent maintenant, lorsque je reste à un endroit, les enfants qui ont goûtés à la peinture veulent remettre ça et viennent me le dire ;

je sors de ma torpeur, entre les restes de mon indigestion et la chaleur suffocante du pays, j’émerge péniblement vers 17 heures ; tous les enfants sont dans la cour, ils me surveillent, une petite fille la plus culottées viens et me demande si on peut refaire de la peinture, je sors donc le matériel et c’est repartit ;

je les installe à l’ombre sur la terrasse, ils semble tout excités, j’apprendrai bien plus tard qu’ils n’ont pas le droit de venir sur la terrasse réservée aux clients du gîte ;

je m’assoie avec eux et je les dessine, j’ai encore du mal à tenir debout ; comme toujours même avec les dogons, les enfants sont enchantés de se voir dans mon carnet à dessins ;

cette pratique que j’exerce depuis maintenant six ans de m’asseoir avec eux et de les dessiner, m’a appris, que dans cette situation les enfants finissent la plupart du temps par m’oublier ; ou plus précisément, il me considèrent comme l’un des leurs ;

du coup je ne suis plus le symbole d’une quelconque autorité mais un parmi les autres et c’est là où c’est vraiment intéressant ; en m’incluant dans leur cercle je vis la séance avec eux, ils se lâchent et vont beaucoup plus loin dans leur peintures ;

en réalité ils peignent pour eux et pas pour faire plaisir à quelqu’un et cela change considérablement le résultat et l’ambiance de l’atelier ;

à la fin je rassemble les peintures pour les photographier ; les enfants sont ravis et fasciner de voir leurs peintures sur l’écran de l’appareil ; et comme toujours je dois les faire reculer un peu pour avoir assez de lumière pour prendre les photos ; opération que je dois renouveler sans cesse, car au bout de deux minutes, les enfants reforme une masse compacte autour de l’appareil photo et je n’ai plus de lumière

 la peinture des enfants

Publicités

À propos de charles

1965 né à Périgueux 1984 bac D à Bordeaux 1992 D.P.L.G. à l’école d’architecture de Paris la Villette Peintre depuis 1968 j’habite et travaille 1991 – 92 en France, à Paris 1993 – 94 en Suisse, à Lausanne et à Genève 1995 – 96 aux Etats Unis, à Los Angeles 1996 – 97 aux Royaume Unis, à Londres 1998 – 99 en France, à Bordeaux 2000 – 01 en Russie, à Moscou 2001 – 09 en France, à Marseille 2010 - 2012 au sénégal en gambie, au mali, au burkina faso et au togo 2012 - 2015. au burkina faso 2015 - 2017. au bénin Expositions (pour tous les détails voir site internet, http://uncharles.free.fr) Et l’actualité : http://www.facebook.com/uncharles porteur du projet « les pieds sur terre » pour l’association content pour rien site du voyage : http://contentpourrien.free.fr guitariste compositeur de SNOC : http://the.snoc.free.fr

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s