Publié le

africa hawa le contrat hawa le contrat


le contrat à africa awa

arrivé hier soir dans la chambre à 2 heures 26 ; neuf mille francs la nuit, m’attendant pour le prix à un semblant de confort, je suis un peu attéré de plus il fait hyper chaud ; le veilleur de nuit très gentil, complètement ensuqué, me lave la salle de bain commune, n’ayant pas bien compris que je lui demandais du savon ;

c’est pas grave, je suis moi même lessivé, par mes vingt quatre heures de voyage en bus surchauffé; je me rince sans savon et file au lit ;

10 heures, je suis réveillé par le chant des oiseaux ;

en ouvrant un oeil, j’entraperçois, le ventilateur qui tourne, au plafond et que je prends dans mon demi sommeil pour une mouche ; je balaye l’air, avec véhémence, pour m’en débarrasser, avant de comprendre ;

en retrouvant mes esprits, je me demande où je peux bien être ; ah oui, bamako, mali, afrique ; je saute dans mon short, hop sous la douche ; bien décidé à visiter les auberges voisines ; à la recherche de plus de confort, moins cher, dehors tout le monde bosse, je sors dans la rue, visiter le quartier ;

allasane l’hôtelier me fond dessus, il est avenant, de sa voix douce, me souhaite la bienvenue ; nous discutons, ma chambre est à neuf mille, il sont prés à me la faire à sept mille, c’est encore cher pour moi ;

l’auberge est en chantier de rénovation, de mon côtés je suis prés à leur peindre tout ce qu’ils veulent sur leurs murs, , il me dit tout de suite que je suis le peintre de la situation ;

finalement il me proposent la chambre à trois mille cinq la nuit, on signe un contrat, il y tient, je l’écris, allasane de sait pas écrire ;

nous mangeant un maffé, pour sceller l’accord, allasane et aboubacar sont très sympa, il y a deux écoles primaires autour, avec la famille que j’ai déjà rencontré en face, ça va être la fête de la peinture des enfants à bamako ;

autour de nous plein de mecs passent et repassent, nous saluent, comme on me l’avait souvent dit, je m’aperçois que les maliens sont vraiment simples et gentils, c’est peut être le soleil si violent, qui les rends si tranquille

les travaux dans l’auberge

bamako centre

les marchandes de fruits

Publicités

À propos de charles

1965 né à Périgueux 1984 bac D à Bordeaux 1992 D.P.L.G. à l’école d’architecture de Paris la Villette Peintre depuis 1968 j’habite et travaille 1991 – 92 en France, à Paris 1993 – 94 en Suisse, à Lausanne et à Genève 1995 – 96 aux Etats Unis, à Los Angeles 1996 – 97 aux Royaume Unis, à Londres 1998 – 99 en France, à Bordeaux 2000 – 01 en Russie, à Moscou 2001 – 09 en France, à Marseille 2010 - 2012 au sénégal en gambie, au mali, au burkina faso et au togo 2012 - 2015. au burkina faso 2015 - 2017. au bénin Expositions (pour tous les détails voir site internet, http://uncharles.free.fr) Et l’actualité : http://www.facebook.com/uncharles porteur du projet « les pieds sur terre » pour l’association content pour rien site du voyage : http://contentpourrien.free.fr guitariste compositeur de SNOC : http://the.snoc.free.fr

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s