Publié le

mercredi 10 fevrier premier atelier avec les enfants


250 enfants, pas un bruit

premier véritable atelier ce matin mercredi 10 février, dans le centre d’entraide social de khar yalla taïba ; j’arrive en me demandant comment ça va se passer, deux cent cinquante enfants entre deux et quatre ans ;

accueillis par mam diara basse, littéralement mamie basse, je vois dans la classe les deux cent cinquante enfants, tous assis, sans un bruit ;

cinq cent yeux qui me regardent, c’est la folie, oui la folie totale, c’est très, mais très impressionnant et toujours pas un bruit ;

arrivant de dehors je suis encore ébloui ; dedans, la pénombre, et toujours ces cinq cent yeux qui me regardent, les maîtresses et le maître, m’accueillent, bienveillants, je leur explique brièvement la technique ; ils connaissent ;

« dites bonjour », deux cent cinquante « BONZOURS » retentissent dans la petite salle, je retiens une larme ; les enseignants tiennent leur classe, ils ont l’habitude, et ça commence ;

les petites mains se lèvent pour serrer la mienne, je la tend à tout va, ça engendre un peu de mouvement, mais tout de suite les maîtres mettent leur index sur la bouche, deux cent cinquante index se mettent sur deux cent cinquante bouches, silence total ;

dés que je passe dans les rangs, les petites mains se lèvent, je les serre doucement, ça engendre un peu d’agitation, je mets mon index sur ma bouche, silence ;

on organise les ateliers par petits groupes, ceux qui ne peignent pas attendent sagement ; je passe et repasse dans les rangs, les petites mains se lèvent, “tonton, tonton”, ça y est je suis leur tonton, c’est trop mignon ;

après une légère mises au point, avec des maîtresses qui croyant bien faire, pré-dessinent des fleurs, des arbres, des maisons, pour que les enfants colorient ; je leurs explique de ne surtout pas faire ça ;

l’une d’elle qui vient de comprendre me dit : « ce sont des ateliers de peinture libre, alors? », évidemment pourquoi ne l’avais-je pas dis plus tôt ;

la séance de peinture au centre khar yalla taïba

les enfants qui pour la plupart n’ont jamais vu un pinceau ne s’embarrassent pas de principes ; ils regardent les autres faire et font pareil, c’est la base même de ces séances, l’expérience par le mimétisme, par l’exemple, par le regard porté par tous sur sa propre production, chaque peinture une fois fini est exposée, suivant les cas, par terre ou sur un fil tendu ;

le matin les parents préparent le goûter et à 11 heures les maîtres et maîtresses distribuent les sacs, gardés à l’écart jusqu’à la bonne heure ; chacun prends alors son goûter et le partagent volontiers entre eux ainsi qu’avec le maître et la maîtresse ; qui ses chips, qui ses gâteaux ou autre boisson ; donc aujourd’hui ils défilent aussi devant moi avec un gâteau ou leur boisson et me le tendent pour le partager, je refuse poliment cette générosité sidérante venant de ces enfants appelés ici “diminués” ; les enfants « diminués », sont ceux orphelin de père ou de mère, ou des deux, ainsi que les enfants d’ouvriers et de tous ceux qui n’ont pas suffisamment d’argent ; le centre est dédié aussi aux enfants qui mendient dans la rue “les talibés”, de même qu’à la scolarisation des filles ;

la scolarisation normale est totalement hors de porté financière de leurs parents ou tuteurs, en revanche ils ont accès à  la scolarité dans le centre à raison de trois cent francs cfa par mois, cinquante cents d’euros par mois

le centre khar yalla taïba

la peinture des enfants

Publicités

À propos de charles

1965 né à Périgueux 1984 bac D à Bordeaux 1992 D.P.L.G. à l’école d’architecture de Paris la Villette Peintre depuis 1968 j’habite et travaille 1991 – 92 en France, à Paris 1993 – 94 en Suisse, à Lausanne et à Genève 1995 – 96 aux Etats Unis, à Los Angeles 1996 – 97 aux Royaume Unis, à Londres 1998 – 99 en France, à Bordeaux 2000 – 01 en Russie, à Moscou 2001 – 09 en France, à Marseille 2010 - 2012 au sénégal en gambie, au mali, au burkina faso et au togo 2012 - 2015. au burkina faso 2015 - 2017. au bénin Expositions (pour tous les détails voir site internet, http://uncharles.free.fr) Et l’actualité : http://www.facebook.com/uncharles porteur du projet « les pieds sur terre » pour l’association content pour rien site du voyage : http://contentpourrien.free.fr guitariste compositeur de SNOC : http://the.snoc.free.fr

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s