Publié le

lundi 5 avril joyeux anniversaire et bonnes paques


le marché kermel

un peu blueseu après trois jours de gros rhume + fièvre due au climat de dakar, plus frais et humide que celui de la casamance ; dans ce quartier de keur khadim, triste et petit bourgeois, totalement vide le week-end et jour de pâques cumulé ;

dans ces cas là, plutôt que de se lamenter sur mon nombril, j’opte pour la seul solution que je connaisse, prendre le taureau par les cornes, à défaut d’autre chose ; je pars à l’aventure, visiter dakar les jours fériés c’est un réel plaisir ;

il n’y a presque personne et donc pas de hordes de vendeurs de tous et n’importe quoi persuadés de leur mission commerciale et de l’indispensabilité pour moi d’acheter douze paires de lunettes à l’heure, quelque centaines de claquettes, made in china ou d’autres subtilités en plastique du génie nippon ; pas de bayefall « tu me donnes rèk”, ni de talibés « sssssssssssssal », le bonheur quoi ; ça et là quelques taxi qui claxonent sans réels convictions, le calme, la gare, le marché kermel, sandaga, le quartier plateau; assis par terre en train de dessiner je passe inaperçu, c’est irréel ;

en revenant vers mon quartier, je m’arrête avec appétit dans un quartier vivant et animé, “biscuiterie”, quartier pop, il y a des gensse partout, les gamins jouent au foot au milieu des bagnoles, des cars rapides, ça grouille, ça rigole ;

il y a toutes sortes de choses à boire, à manger ; un million de sono à donf, je revis, c’est la fête, je découvre un dakar tel que je pouvais l’imaginer ; les gensse me disent « bonzour », sans me coller, ils s’en foutent en fait, ils ne vivent pas du commerce avec les toubabs ; je retrouve l’ambiance de ziguinchor ou de kaolack ; il n’y a pas à tortiller, c’est toujours dans les quartiers les plus pauvres, avec les gensse les plus simples, ceux qui n’ont rien et qui le partage, que je me sens le mieux ; ce soir c’est mon anniversaire, j’achète un paquet de winston et puis je m’assoie, un sandwich brochettes, un fanta glacé, le coca n’est pas encore frais ;

tranquille, peinard, je me souhaite un bon anniversaire

Publicités

À propos de charles

1965 né à Périgueux 1984 bac D à Bordeaux 1992 D.P.L.G. à l’école d’architecture de Paris la Villette Peintre depuis 1968 j’habite et travaille 1991 – 92 en France, à Paris 1993 – 94 en Suisse, à Lausanne et à Genève 1995 – 96 aux Etats Unis, à Los Angeles 1996 – 97 aux Royaume Unis, à Londres 1998 – 99 en France, à Bordeaux 2000 – 01 en Russie, à Moscou 2001 – 09 en France, à Marseille 2010 - 2012 au sénégal en gambie, au mali, au burkina faso et au togo 2012 - 2015. au burkina faso 2015 - 2017. au bénin Expositions (pour tous les détails voir site internet, http://uncharles.free.fr) Et l’actualité : http://www.facebook.com/uncharles porteur du projet « les pieds sur terre » pour l’association content pour rien site du voyage : http://contentpourrien.free.fr guitariste compositeur de SNOC : http://the.snoc.free.fr

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s