Publié le

lundi 22 mars – on peut le dire


binta au marché grand dakar

on pourrait dire, binta est marchande des quatre saisons, bien qu’ici il y en ai deux

on pourrait dire, binta a l’oeil qui brille d’intelligence, il est partout à la fois cet oeil ;

on pourrait dire binta est diola, son père mort, sa mère est allé vivre à kaolack, elle est restée, dans une nouvelle famille, qui l’a adoptée, c’est comme ça ici, elle a sa vrai maman à kaolack et sa nouvelle avec laquelle elle vit ici ;

on pourrait dire binta qui a du bagous sait se faire remarquer, finement au milieu du marché, ce monde de femmes toutes plus colorées et belles les unes que les autres ;

on pourrait dire, binta est curieuse, pas farouche, elle lance sa ligne avec dextérité, en choisissant précisément sa proie et elle ferre d’un coup sec, hummmm, je mords ;

on pourrait dire binta qui a quarante et un ans cette année a eue un fils de dix neuf ans avec un gendarme sénégalais, envoyé au darfour, depuis ils sont séparés ;

on pourrait dire, binta a des mains de travailleuse et des pieds d’africaine ;

on pourrait dire, binta entend le wolof, le diola, le mandingue, le français, l’anglais et apprend le peule ;

on pourrait dire, binta est allée trois ans à l’école, qu’elle a due quitter pour travailler ;

on pourrait dire, binta a parfois un regard triste qui se perd dans le vide du ciel ;

mais aussi binta est gaie, elle rie et fait des blagues, remet à sa place ses copines qui se moquent d’elle avec ce toubab, là tout les matins assis qui dessine et lui parle ;

on pourrait dire, binta est belle, coquine, malicieuse, bonne, sensible et gentille ;

on pourrait dire, comme elle me le raconte que la beauté n’est rien si elle est seule sans personne avec qui la partager ;

on pourrait dire binta est noire et fière de l’être, mais elle s’en fout aussi, elle n’est pas raciste, elle aime toutes les couleurs ;

on pourrait dire, binta aime son travail, elle aime travailler, elle est indépendante ;

on peut dire que j’aime binta

Publicités

À propos de charles

1965 né à Périgueux 1984 bac D à Bordeaux 1992 D.P.L.G. à l’école d’architecture de Paris la Villette Peintre depuis 1968 j’habite et travaille 1991 – 92 en France, à Paris 1993 – 94 en Suisse, à Lausanne et à Genève 1995 – 96 aux Etats Unis, à Los Angeles 1996 – 97 aux Royaume Unis, à Londres 1998 – 99 en France, à Bordeaux 2000 – 01 en Russie, à Moscou 2001 – 09 en France, à Marseille 2010 - 2012 au sénégal en gambie, au mali, au burkina faso et au togo 2012 - 2015. au burkina faso 2015 - 2017. au bénin Expositions (pour tous les détails voir site internet, http://uncharles.free.fr) Et l’actualité : http://www.facebook.com/uncharles porteur du projet « les pieds sur terre » pour l’association content pour rien site du voyage : http://contentpourrien.free.fr guitariste compositeur de SNOC : http://the.snoc.free.fr

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s